Jeune diplômé(e), tu as été très euphorique le jour où tu as décroché ton diplôme.

Ouf ! enfin t’es-tu entendu(e) dire, j’ai mon visa vers le monde professionnel !

Finis les épreuves à tout va, ainsi que les cours qui pouvaient être ennuyeux pour certains.

Vive la liberté et bonjour le monde professionnel.Tu étais content(e). Mais vraiment content(e).

Et laisse-moi te dire que tu le mérites.

Tu as surement savouré ta victoire et délecté ta joie.

Si tu ne l’avais pas fait, je t’invite à le faire maintenant : il n’est jamais trop tard pour se féliciter et se célébrer. Chacun le mérite car cet événement est le résultat  d’un bon bout de chemin parcouru.

Une fois l’euphorie passée, l’étape suivante est de chercher son premier emploi. Et ce retour à la réalité peut parfois s’accompagner de plein de questions telles que : Par où commencer quand on recherche un emploi ? Ai-je les capacités nécessaires pour occuper un poste spécifique ? Ai-je suffisamment de connaissances ou suis-je compétent(e) ? Est-ce que mon discours tient la route quand j’échange avec un recruteur ? Suis-je légitime d’être sur le marché du travail et de rechercher un emploi ?

 C’est à ce moment précis que l’on découvre qu’on n’est pas suffisamment préparé pour affronter le monde professionnel.

 

 Suis-je concerné(e) ? Quelles sont les signes qui révèlent que je doute de ma légitimité professionnelle ?

Des question:où, comment, qui, pourquoi, etc.

 Si tu te poses les questions énumérées ci-dessus, c’est qu’il y a de grandes chances que tu doutes de ta légitimité.

C’est la peur constante que l’on peut ressentir de ne pas être suffisamment à la hauteur. Notamment si l’on se demande régulièrement si on a les bonnes informations concernant un poste, si on est victime de doutes continus sur sa formation, quand on a un discours confus devant un recruteur et que la situation ne s’améliore pas.

Tout ceci sont des signes suffisants qui montrent que tu doutes de ta légitimité professionnelle.

Le but de cet article n’est pas de te dire d’ignorer ces peurs et ces doutes.

Le but de cet article n’est pas non plus de te demander de réduire ces sentiments au niveau 0.

L’un des objectifs de cet article est de te donner des pistes de réflexion (ou de recherche) afin de les réduire, les canaliser et si possible les utiliser pour asseoir ta légitimité professionnelle.

Ta légitimité n’est pas INTÉGRÉE quand certains sentiments négatifs sont présents de manière EXAGÉRÉE et t’EMPÊCHENT de mener à bien tes actions.

Douter de sa légitimité professionnelle arrive généralement dans ces deux cas classiques :

  • Si on a un diplôme qui nous prépare à un métier déterminé : la grande question peut être de savoir comment s’y prendre pour entrer en contact avec le monde professionnel ou comment postuler pour le poste pour lequel on a été formé;
  • Si on a un diplôme qui prépare à une poignée de postes, la difficulté peut résider dans le choix même du poste pour lequel on aimerait postuler.

Se sentir légitime sur le marché de l’emploi n’est pas toujours une évidence. De manière générale, on parle très peu de cette réalité : les doutes que ressentent les jeunes diplômé(e)s bac+X en recherche de leur premier emploi. L’environnement nous fait croire que plus on est diplômé(e), plus cela sera une évidence de décrocher un poste. Ce qui n’est pas toujours le cas.

Car, il faut savoir une chose : le fait de décrocher un diplôme nous rend employable. Mais ce fait à lui seul ne nous garantit pas de décrocher un poste.

 

Est-ce légitime de douter de sa légitimité professionnelle alors qu’on a travaillé dur toutes ces années pour entrer dans le monde pro ?

Tes doutes sont  justifiés à leur juste valeur car dans chaque environnement qui entoure notre vie, il y a des codes, des vocabulaires utilisés, des manières de faire et de se tenir. N’ayant encore que très peu fréquenter ce milieu, tu doutes de tes attitudes et tu as peur de ne pas être accepté bien que tu aies les connaissances requises pour occuper le poste que tu désires.

Donc, pas la peine de culpabiliser.

On passe un grand nombre d’années dans le système éducatif, changer d’univers pour entrer dans celui du monde professionnel et ressentir de la peur, est la chose la plus normale. C’est en quelque sorte l’inconnu. Un monde dans lequel tu n’as jamais ou très peu vécu et c’est tout à fait normal que ton cerveau t’envoie des signaux de peur et/ou de doute.

On a certes les connaissances requises, mais on n’a peut-être pas les attitudes adéquates, les gestes adaptés pour une bonne prise de contact avec ce monde.


femme qui enjambe un ravin pour atteindre le mot job

Considère que tu étais en mode scolaire et tu dois passer en mode professionnel.

 

Vu de cette façon, il sera nécessaire de procéder à des ajustements pour faire en sorte que cette prise de contact se fasse de manière optimale. Il est important de passer par le chemin de l’apprentissage afin de s’approprier certaines attitudes.

J’appellerai cela subir une mise à jour professionnelle pour être en mode professionnelle.

 J’avais prévu de tout présenter en une fois, mais je me rends compte que j’ai encore énormément à te dire.

Je réserve donc le reste pour le prochain article.

Mon développement portera sur les deux concepts que je viens d’aborder, à savoir : la mise à jour professionnelle et le mode professionnelle.

Je te dirai également que faire concrètement si tu doutes de ta légitimité pro ; et tu sauras aussi pourquoi c’est important de l’intégrer pendant ta recherche d’emploi.

En attendant, dis-nous en commentaire si c’est quelque chose qui te parle, si tu as déjà pensé à ta légitimité professionnelle.

 

Porte toi bien et à très bientôt !