jeune homme avec des dossier

Dans un article sur le sujet portant sur « La légitimité professionnelle » sur ce blog, j’aborde les différentes questions qui  peuvent traverser la tête d’un(e) jeune diplômé(e) et qui contribuent à le faire douter de son potentiel. On compte parmi elles, celle du « bon diplôme », c’est-à-dire « avoir le diplôme du bon établissement ».

Parmi tous les illustres établissements qui forment notre jeunesse à apprendre un métier, les diplômes de certains sont bien mis en avant par rapport à d’autres.  Selon la réalité générale, avoir le nom de l’un de ces derniers sur son CV augmenterait les chances d’être contacté par un recruteur.  

Mais qu’en est-il pour ceux et celles dont le diplôme vient d’un établissement lambda qui ne suscite pas un intérêt particulier ? Quelles attitudes avoir devant cette réalité ? Faut-il s’estimer moins chanceux que les autres ?  

Je ne te donnerai pas de baguette magique pour changer la réalité. Aussi, la situation n’est pas prête de changer du jour ou lendemain.

Je t’invite donc à adopter des attitudes adéquates pour repérer les opportunités qui s’offrent à toi et les saisir.

 

Avoir un regard juste sur son parcours

jeune_fille_avec_un_regard_significatif

Là où nous sommes aujourd’hui, c’est la conséquence de l’ensemble de nos choix et la suite d’une série d’événements. Et l’endroit où nous nous trouvons, c’est là où nous devrions être. Bien sûr, si nous sommes dans une situation inconfortable, il est de notre responsabilité d’y travailler pour l’améliorer.

Il en est de même si tu as l’intention (ou l’objectif) d’obtenir un diplôme d’un établissement « mieux coté » selon l’évaluation générale de la société.

Il s’agit ici d’apprécier ce que tu as à l’instant à sa juste valeur et de casser le cycle infernal de projection qui t’incite à penser : « Demain je serai bien parce que j’aurai…. »

Regagner confiance et éviter d’intérioriser les idées reçues

 Oui il existe une hiérarchie de diplômes  dans le monde du recrutement…et aussi une grille de salaire qui va avec.

Oui c’est une réalité, et alors ?

Il ne s’agit pas de nier la vérité, mais plutôt de te concentrer sur tes forces, sur ton potentiel, sur ce que tu es capable de mettre à la disposition d’une organisation.

Parce qu’en te concentrant sur ce détail, tu risques d’enclencher un processus malsain. Tu croiras que le diplôme que tu as en ce moment n’est pas assez bon.

Conséquence ?

Tu manqueras d’assurance dans tes différents échanges avec les recruteurs (CV, lettre de motivation, entretien, etc.).

Résultat ?

Tu ne sauras employer les bons moyens et les bonnes méthodes pour ressortir la richesse de ton profil.

« Croire que ton diplôme n’est pas suffisamment bon aura la mauvaise influence de biaiser ton jugement. »

Par exemple, mettre tout sur le dos de ce fait dès que quelque chose ne marche pas comme on veut- au lieu de réfléchir et d’analyser sur ce qui doit être amélioré- te poussera à te faire des raisonnements comme : « Je savais qu’il n’allait pas me prendre de tout façon je n’ai pas le diplôme qu’il faut… » 

Il s’agit ici de regagner confiance en sachant :

  • Que tu as un nombre incalculable de compétences à offrir à une organisation ;
  • Certes, certains recruteurs s’arrêtent sur ce critère, mais la bonne nouvelle est qu’il existe des milliers d’autres qui vont au-delà de cela.

S’approprier des vérités justes

 

 

La vérité générale : Avoir un diplôme d’un établissement côté, m’ouvrira le Graal d’un  emploi confortable et douillet.

Est-ce vraiment là une vérité juste ?

La vérité juste est que tout diplôme (délivré par un établissement reconnu) te permet d’avoir accès au marché de l’emploi. De celle-ci, il en découle la suivante : ton diplôme ne te garantit pas un épanouissement au travail ni une carrière qui répond à tes attentes.

Décrocher un emploi constitue la porte d’entrée d’une vie professionnelle, le reste cela sera ta responsabilité de le bâtir  peu importe la provenance de ton diplôme.

Je te vois déjà de loin m’avancer une liste d’arguments comme celle du niveau de salaire par exemple ?

A cela,  je te répondrai que le niveau d’un salaire  n’a jamais été l’unique paramètre pour donner un sens à une carrière professionnelle.

Cela ne signifie pas que je nie l’importance du salaire. Le salaire est très important car il assure notre sécurité financière et il nous permet de vivre. Je ne veux pas non plus t’inciter à accepter n’importe quoi sous prétexte que celui-ci n’est pas important.

L’objectif de cet article est de t’aider à prendre conscience que la provenance de ton diplôme n’est en aucun cas un frein total pour que tu accèdes à un emploi. Une fois que cela sera clair dans ta tête, cela te facilitera  de focaliser tes ressources sur ce que tu dois améliorer pour te permettre de décrocher ton emploi.

 

Je t’attends dans les commentaires

 

Porte toi bien.